Couture : fabriquer des masques en tissu soi-même, une bonne idée ?

Alors que le manque de masques est particulièrement critique pour les soignants, mais aussi les professions en seconde ligne, on voit de plus en plus fleurir sur le web des masques en tissu, lavables et donc réutilisables. Les tutos couture, parfois à l’initiative même des CHU (comme celui de Grenoble ou Saint-Brieuc), sont proposés gratuitement en téléchargement. Au delà de l’occupation bienvenue en ces temps de confinement à la maison, est-ce une vraie bonne idée ? Contre le coronavirus, est-ce que ces masques peuvent remplacer ceux chirurgicaux ou FFP2 dont on parle beaucoup ? Éléments de réponse et sélection de patrons de masques barrière.

Masque en tissu, cousu par Nelly Glassmann

A quoi sert un masque en tissu ?

Comme l’explique très bien Bérangère, ingénieure textile et blogueuse couture (Couture et Paillettes), dans son article sur la place des masques en tissu dans la prévention du Covid-19, il existe différents types de masques, en fonction de l’utilisation prévue et de la personne que l’on veut protéger : le porteur du masque, ou les autres.

Ainsi, certains protègeront le porteur du masque en filtrant ce qu’il inspire, d’autres protégeront son entourage, de ce que le porteur expire, notamment des postillons et gouttelettes. Or l’on sait désormais que ces derniers font partie des vecteurs de nombreux virus et bactéries, dont le virus du Covid-19.

Concernant spécifiquement les masques en tissus, il faut tout d’abord bien garder en tête qu’ils ne sont pas des dispositifs médicaux, ils ne subissent aucun test. Ils ne protègent pas le porteur de ce qu’il inspire.

Pourtant, il s’avère qu’ils peuvent être utiles, en fonction des personnes et situations :

  • Ils évitent comme on vient de le voir, la projection de gouttelettes et limitent les postillons lorsque nous toussons, éternuons ou simplement parlons avec notre entourage.
  • Ils protègent d’une certaine manière également le porteur, étant donné qu’il va aider à éviter les contacts « main –bouche- nez ». On est ainsi moins tentés de se toucher le visage.
  • Ils améliorent les gestes barrières dans leur globalité.

Attention cependant, les masques en tissu ne se substituent pas à l’application stricte des gestes barrières, sous prétexte que nous en portons un. Nous allons en effet voir que ceux-ci sont complémentaires.

Même avec un masque en tissu, on garde le réflexe des gestes barrières

Porter un masque barrière peut ainsi s’allier aux différents réflexes à adopter au quotidien, tels que :

  • Lavez-vous les mains avec de l’eau et du savon idéalement, sinon, à défaut, avec une solution hydro-alcoolique, si vous ne disposez pas d’eau ni de savon à proximité.
  • Au sein de votre domicile, pensez à bien aérer quotidiennement. Il faut aussi désinfecter les surfaces inertes et que tout le monde touche : poignées de portes, d’armoires, téléphones…
  •  Toussez ou éternuez dans votre coude, et dans un mouchoir en papier si vous ne portez pas de masque.
  • Maintenez une distance d’un mètre minimum avec les personnes que vous croisez.
  • Respectez les règles de confinement en ne sortant de chez vous que par absolue nécessité.

Alors, les masques faits maison, on se lance ?

Sur Instagram, par exemple, on peut lire que beaucoup de couturières étaient réticentes à l’idée de se lancer dans la confection de masques en tissu. Finalement, souvent, c’est la demande venant des hôpitaux qui a eu raison de leur refus initial. On le rappelle, même pour les personnels soignants, les masques en tissu ne protègent pas du Covid-19, mais ils permettent de limiter la propagation via les personnes malades. Et ce ne sont pas les seuls à en réclamer.

De plus en plus, les personnes non contaminées ou potentiellement asymptomatiques préfèrent prendre les devants. D’une part, même si le port du masque obligatoire n’est pas pour demain, rien ne dit que ce ne sera pas le cas plus tard, notamment au moment du déconfinement. D’autre part, si cela rassure et renforce les gestes barrières dans le cas des sorties exceptionnelles, pourquoi s’en priver ?

Et on n’oublie pas les professions en seconde ligne, les employés de la grande distribution, les personnels non soignants, les livreurs et postiers, les éboueurs, ou tout autre métier de contact.

Des tutos gratuits pour coudre un masque en tissu

La référence à lire, avant de se lancer dans la couture d’un masque barrière, c’est l’article très complet de l’AFNOR. Au delà de la fabrication de masques en couture, vous pourrez y trouver des consignes pour la mise en place et le retrait de ceux-ci. Vous y trouverez également répertoriées les exigences à satisfaire pour leur création.

Proposé au début du confinement, le tutoriel de Lisa Gachet de Make My Lemonade a été réalisé grâce aux documents fournis par le CHU de Grenoble. Celui de Saint-Brieuc propose également son tuto gratuit de masque en tissu, avec les visuels du blog Craft Passion. Si ces masques sont beaucoup cousus, il semblerait que la couture centrale pose finalement problème. Et ainsi que ces patrons ne soient plus si recommandés, par rapport à ceux cités ci-après.

Autre patron de masque à coudre, celui proposé gratuitement par Johanna de Atelier Scämmit. Son article sur le sujet est également très détaillé.

Enfin, sur le blog de l’Atelier des Gourdes, vous trouverez pas mal d’informations supplémentaires, son auteure Anne ayant testé plusieurs modèles. Il y a notamment des conseils sur le choix des tissus. Il semblerait donc que son tuto d’après les recommandations de l’AFNOR soit le plus recommandable…

A vos machines à coudre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.